Sécurité

Guide de sécurité parents  par Administrateur le 2017-11-20

Guide de sécurité parents

SÉCURITÉ
DES COLLÈGES
ET DES LYCÉES
Le guide des
parents d’élèves
MINISTÈRE
DE L’ÉDUCATION
NATIONALE, DE
L’ENSEIGNEMENT
SUPÉRIEUR ET DE
LA RECHERCHE

1
COMMENT DÉVELOPPER
UNE CULTURE COMMUNE
DE LA SÉCURITÉ ?
La menace terroriste impose un renforcement
des mesures de sécurité dans les écoles et les
établissements scolaires. La mise en place de ces
mesures nécessite la coopération de l’ensemble des
membres de la communauté éducative. La sécurité
et la vigilance sont l’affaire de tous.
LA VIGILANCE QUOTIDIENNE DE TOUS
Un adulte de l’établissement est présent à l’entrée pour assurer
l’accueil des élèves.
Tout comportement ou objet suspect est signalé.
Il est demandé d’éviter tout attroupement aux abords de
l’établissement scolaire.
Un contrôle visuel des sacs des adultes peut être effectué.
L’identité des personnes extérieures à l’école est relevée dans le
respect de la législation en vigueur.
Le maire est investi de pouvoirs de police, il peut notamment réguler
voire interdire la circulation et le stationnement des véhicules aux
abords de l’établissement scolaire. Le niveau Vigipirate « alerte
attentat » prévoit l’interdiction du stationnement des véhicules aux
abords des établissements scolaires.
Le chef d’établissement peut prendre toute disposition de nature
à assurer la sécurité des personnes et des biens. S’il y a urgence,
et notamment en cas de menace ou d’action contre l’ordre public
dans les enceintes et locaux scolaires de l’établissement, il peut
interdire l’accès au bâtiment à toute personne relevant ou non de
l’établissement.
2
Sorties scolaires, voyages scolaires, manifestations
mise à jour des consignes sur education.gouv.fr
Les voyages scolaires sont autorisés. La seule obligation
pour les établissements scolaires est de signaler en amont
ces voyages à l’autorité académique. En lien avec les préfets,
l’autorité académique pourra interdire un voyage si les
conditions de sécurité ne sont pas remplies.
Les sorties scolaires occasionnelles (théâtre, sortie
nature...) sont également autorisées. Elles ne nécessitent pas
d’autorisations préalables auprès des autorités académiques.
Toute manifestation autorisée par la préfecture (salons,
compétitions sportives...) est de fait accessible aux scolaires.
DES EXERCICES RÉPÉTÉS CHAQUE ANNÉE
Chaque établissement scolaire dispose d’un diagnostic de sécurité
et actualise son plan particulier de mise en sûreté (PPMS) face aux
risques majeurs, adapté à sa situation précise. Le PPMS prend en
compte les risques liés à des accidents majeurs d’origine naturelle
(tempête, inondation…), technologique (nuage toxique…), ou à des
situations d’urgence particulière (intrusion de personnes étrangères
à l’établissement scolaire, attentats…).
Durant l’année scolaire, l’établissement scolaire organise trois
exercices, dont un exercice porte sur un attentat-intrusion. Les
exercices permettent de répéter les postures (confinement,
évacuation) correspondant aux différents risques.
Les correspondants police ou gendarmerie « sécurité de l’école »,
le référent sûreté de l’éducation nationale apportent leur expertise
dans l’actualisation du PPMS comme dans l’organisation des
exercices. Ils peuvent conseiller les conseils départementaux ou
régionaux dans le cadre de travaux de sécurisation.
3
UNE FORMATION AUX PREMIERS SECOURS
ET AUX GESTES QUI SAUVENT
Tous les élèves ayant un mandat – de délégué de classe, au conseil
de la vie collégienne (CVC), au conseil de la vie lycéenne (CVL), au
conseil d’administration de l’établissement, comme jeunes officiels à
l’UNSS – bénéficient, à leur demande, d’une formation aux premiers
secours en vue d’obtenir le certificat de compétences de citoyen de
sécurité civile (PSC1) ou aux gestes qui sauvent, en fonction des
modules proposés par l’établissement.
Pour tous les élèves en classe de troisième et qui ne disposeraient
pas d’une formation aux premiers secours, une sensibilisation aux
gestes qui sauvent est organisée.
La formation des personnels est renforcée.
Les préfets apportent un appui pour accompagner le déploiement
de ces formations au travers de la mobilisation des associations
membres du conseil départemental de sécurité civile.
4
Un exercice de type attentat-intrusion
Le contexte de menace terroriste a introduit une nouvelle
posture dans le PPMS : s’échapper / s’enfermer. Tout
l’établissement scolaire n’a pas la même conduite à tenir
puisqu’elle dépend de la situation vécue : une partie peut
s’échapper, l’autre s’enfermer.
Cet exercice est préparé par le chef d’établissement et son
équipe. Vous êtes informés de la date et des conditions de mise
en oeuvre de ce type d’exercice. Le conseil d’administration
permet d’impliquer vos représentants élus.
L’objectif est d’aboutir, par des exercices répétés et
progressifs, à une posture adéquate dans le cadre de cet
exercice et de se préparer pour affronter la situation de crise
avec sang-froid.
Il peut se faire en lien avec les correspondants police ou
gendarmerie « sécurité de l’école », le référent sûreté de
l’éducation nationale.
Une fois l’exercice terminé, le chef d’établissement réalise
un retour d’expérience qui permet d’identifier les points forts
et les points à améliorer.

MINISTÈRE
DE L’ÉDUCATION
NATIONALE, DE
L’ENSEIGNEMENT
SUPÉRIEUR ET DE
LA RECHERCHE